Loading...
CritiqueMusique

Le cellier : Devil Is Fine

ZEAL AND ARDOR – Devil Is Fine
(Indépendant)

zealardor-devilisifine

Zeal and Ardor est le projet de l’artiste Manuel Gagneux, qui réussit un pari audacieux avec une proposition musicale inclassable, éclectique et rafraichissante!

Pour faire simple, chants gospel et blues côtoient black métal sur ce surprenant Devil Is Fine. La combinaison des genres aurait pu être catastrophique, mais Gagneux réussit, par je ne sais quel tour de passe passe, à réunir deux styles aux antipodes avec une aisance telle, que la proposition s’avère dès lors invitante.

Il y a, à mon avis, un parallèle inévitable à faire avec l’album Play de Moby. Ce dernier combinait musique techno avec des échantillonnages issus de vieux blues, de gospel et de folk. Devil Is Fine en est en quelque sorte la réponse métallique.

Ici, bien que la part de métal ne semble pas prédominante, elle demeure toutefois bien présente sur des titres tels que In Ashes, Come On Down, Children’s Summon et l’excellente Blood In The River. Le seul petit bémol concernerait les interludes Sacrilegium I, II et III. Le premier, quoi qu’il demeure intéressant, correspond à un titre électro avec un chant arabisant. Les deux autres sont des musiques instrumentales plus naïves qui semblent davantage servir de remplissage. Manuel Gagneux semble encore en laboratoire et ses expérimentations peuvent créer cette rupture de ton. En revanche, le musicien se défend de miser sur une cohérence thématique et non musicale. Ceci explique peut-être cela…

Qu’importe, Devil Is Fine est l’un des albums les plus intéressants de l’année jusqu’à présent.

Le Cellier met en valeur des découvertes du métal pour étancher la soif des plus curieux. Il s’agit notamment d’enregistrements dignes de mention qui étaient passés sous mon radar.