Le métalcoolique que je suis a passé l’année à s’abreuver de métal de tous les styles et de tous les horizons. J’ai donc bu du tord-boyaux qui décape en simonac et siroter quelques breuvages pas piqué des vers. De l’aquavit en passant par la koskenkorva, l’ouzo, le ratzeputz, le bourbon, le vin espagnol, les bières australiennes et belges et la bonne vielle 50, je peux dire que 2014 est une année exceptionnelle. Non, je te dis pas ça parce que j’ai trop bu. Je le pense vraiment.

Vrai qu’à chaque année je considère qu’il y a eu de la mautadine de bonne musique métallique. Par contre, 2014 entre à mon humble avis dans une catégorie à part. Pour que j’aie du mal à établir un top 50, faute d’une surabondance de matériel de qualité, c’est qu’il s’en est produit, des records de haut calibre.

Le pire, c’est que même après m’être saoulé de toute cette musique, j’ai encore et toujours « soif dans yeule tabarnak » !

En attendant de pouvoir connaître mon ultime top 10 qui se retrouvera dans le très attendu BestOv 2014 sur Boulevard Brutal, je vous suggère ce top EP, ainsi qu’une liste d’une quarantaine de titres, étalée sur quelques billets au cours du mois de décembre.

m/ (> <) m/

5. ORACULUM – Sorcery of the Damned
(Invictus Productions)

sorcery-of-the-damned

Une envie prenante de death métal aussi sale que vile et possédant une aura old school vous hante. Vous devriez alors répondre à vos plus bas instincts en tentant votre chance avec les chiliens d’Oraculum. Leur EP intitulé Sorcery of the Damned ne vous envoutera pas par son originalité (n’espérez même pas en retrouver), mais ces metalheads savent comment faire saigner vos oreilles.

4. FUCK THE FACTS – Abandoned
(Indépendant)

abandoned

Le groupe grindcore de Gatineau avait du matériel qui avait été enregistré quelque part en 2011. J’ignore pourquoi ces compos sont demeurées dans le tiroir aussi longtemps, mais j’applaudis l’idée de les avoir ressorti. Fuck The Facts a donc enregistré les voix durant l’été, puis fait paraître Abandoned en octobre. Méchant bon move. Les trois titres tirés de cet EP sont tous excellents et parmi le répertoire le plus accessible du groupe. Ça torche, quoi!

3. SOMA – Bolzer
(Invictus Productions)

soma

Ce duo en provenance de la Suisse n’a pas encore fait paraître d’album, mais si on se fie au précédent EP (Aura), mais surtout à ce superbe Soma, tout porte à croire qu’un enregistrement complet risque de faire des ravages. Composé de deux titres, Soma botte des culs. Steppes est probablement l’une des meilleurs pièces de métal extrême de l’année. L’entrée en matière est redoutable. Bölzer est un nom de groupe à retenir.

2. INTER ARMA – The Cavern
(Relpase Records)

the-cavern-na-promo

Après l’étonnant Sky Burial (2013), le groupe sludge/post-metal Inter Arma propose l’ambitieux EP intitulé The Cavern. La chose se présente sous la forme d’un seul titre totalisant 45 minutes de musique. The Cavern n’était pas destiné à être enregistré, jusqu’à ce qu’on apprenne chez Relapse, l’existence de la dite composition. Le résultat sur disque s’avère excellent. Cordes, passages vaporeux et guitares lourdes se croisent ou se suivent dans une structure globalement pesante, sombre et mélancolique.

1. NADER SADEK – The Malefic: Chapter III
(Indépendant)

the-malefic_-chapter-iii

Cet incroyable EP proposé par Nader Sadek était offert en prime avec l’édition de novembre de l’excellent Decibel Magazine. En plus de nous foutre du solide death metal en pleine gueule, The Malefic: Chapter III met en vedette des musiciens de calibre tels que Flo Mounier (batterie), Travis Ryan (voix) et Rune Eriksen aux guitares. Mais ce n’est pas tout, car sur ce ce projet imaginé par le concepteur Nader Sadek, on peut aussi entendre les prouesses d’Andreas Kisser, Bobby Koelble et Alex Webster. Ce n’est pas mêlant, The Malefic: Chapter 3 est une expérience musicale sans faille.


Le meilleur de 2014 (50 – 41)