Messiah – Hymn To Abramelin

messiahhymntoabramelin_bg

Label : Chainsaw Murder
Parution : 30 septembre 1986
Format : vinyle, CD, cassette (non officielle)

Musiciens
Brögi (Remo Broggi) – guitares
Jazzi (Rolf Heer)- drums
Tschösi (Reto Wilhelm Kühne) – Voix et basse

Réalisation: Messiah

Faits saillants : Messiah, Empire Of The Damned, The Dentist

Plutôt méconnu, le groupe Suisse Messiah mérite qu’on s’y attarde. Et pas que pour leur tout premier album intitulé Hymn To Abramelin (vous retrouverez le groupe un peu plus tard dans cette série d’appréciations). Mais ce premier effort est sans l’ombre d’un doute un disque à inclure au répertoire naissant de la branche du death métal.

Probablement influencé par leurs compatriotes d’Hellhammer (dont la dissolution donnera lieu à la création de Celtic Frost) et qui eux-mêmes avaient d’ailleurs écrit une chanson intitulée Messiah, le groupe du même nom est loin de faire dans la dentelle. Ici, tout est cru, voire approximatif. La production, l’exécution ainsi que l’écriture des compositions s’avèrent primitives. Il faut savoir qu’au moment d’enregistrer l’album, les musiciens se sont retrouvés dans un studio où le propriétaire n’avait jusque-là jamais eu affaire à un groupe métal. Ce sont donc les membres de Messiah qui ont opté pour le système D, en se chargeant de la réalisation eux-mêmes.

Hymn to Abremelin est entrecoupé d’interludes où un narrateur – dont la voix et l’accent (qui ressemblent drôlement à ceux d’Arnold Schwarzenegger), noyés dans une réverbération – récite quelques courtes phrases. Il va sans dire que cela ajoute une certaine théâtralité au décorum pour le moins lugubre. Possédant de fortes racines thrash, Messiah n’est jamais bien loin de l’esprit black, mais tend aussi vers le death (la lourdeur et les hurlements sur The Dentist en témoignent assez clairement). L’énergie qui s’y dégage favorise l’intérêt de cet enregistrement. Et malgré la construction basique et l’absence quasi totale d’arrangements, allez savoir pourquoi, Hymn To Abramelin demeure foutrement efficace.

Certaines rééditions comportent des titres bonus qui peuvent être intéressants pour les fervents, mais qui ne s’avèrent toutefois pas essentiels. Avec du recul, on constate que cet Hymn to Abramelin est probablement l’un des albums les plus extrêmes à paraître en 1986.

426_messiahhymntoabramelinlp_ex1