Loading...
Musique

Sepultura – The Roadrunner Albums sur vinyles

Le 27 janvier dernier, Rhino mettait sur le marché un coffret des 6 premiers albums de Sepultura. Ainsi, The Roadrunner Albums: 1985-1996 est offert sur CD ainsi qu’au format vinyle.

Hormis un communiqué de presse détaillant chacun des albums et les pièces qui s’y retrouvent et une mention indiquant que chacun des vinyles est pressé d’une couleur différente (sans toutefois préciser lesquelles), impossible d’en savoir plus sur le transfert.

Le coffret qui comprend donc les albums Morbid Visions/Bestial Devastation (1985/1986), Schizophrenia (1987), Beneath The Remains (1989), Arise (1991), Chaos A.D. (1993) et Roots (1996) est vendu 108$ avant taxes sur amazon, ce qui revient à 18$ par disque. À ce prix-là, il peut y avoir des raisons de se méfier, non? Les vinyles bénéficient-ils d’un mastering conçu pour le format? Est-ce le même que celui des CD? La qualité du pressage est-elle bâclée? Est-ce que ce sont les bandes maitresses appartenant à Roadrunner qui ont servies à cette réédition? Après plusieurs tentatives de recherche sur divers sites, je reste toujours plonger dans le noir. Impossible également de trouver des avis d’audiophiles ou spécialistes qui auraient pu écouter les disques avant la mise en marché.

Qu’à cela ne tienne, sachant que la moyenne du prix pour les versions individuelles des albums oscille aux alentours de 35$, le risque s’avèrait déjà rentable. D’autant plus que, par exemple, la réédition de 2006 de Chaos A.D. dont la qualité sonore laisse considérablement à désirer, se vend en usagé environ 50$ sur discogs, je me suis dis que je ne pouvais pas être perdant à l’achat du coffret. Et j’ai bien fait de me le procurer, puisque je n’ai pratiquement que du positif à dire à son sujet.

LE BOITIER

Tout d’abord, je dois avouer qu’avant de l’avoir entre les mains, je n’étais pas tellement enchanté par la couverture du coffret qui était présentée comme l’image promotionnelle ci-haut. J’ai finalement été un peu plus séduit par le véritable boîtier cartonné, dont la texture est plus invitante, tout comme les titres en reliefs qui sont presqu’invisibles et qui se lisent selon l’éclairage de la lumière. L’endos du coffret est pas mal lui aussi.

Vous pouvez cliquer sur les images, dont la qualité est ordinaire, puisque les photos ont été prises avec mon iPod. Cela vous donne néanmoins une bonne idée de l’objet en question.

LES POCHETTES

Ensuite, j’étais curieux de savoir si les pochettes de chacun des albums allaient bien ressortir. C’est généralement le cas, sauf pour CHAOS A.D. dont le teint est légèrement pâlot. J’ai d’ailleurs comparé celle-ci avec la ré-édition Cargo de 2006, qui est beaucoup plus vive et de meilleure qualité. On devine qu’à 18$ le disque, Rhino a économisé sur la qualité de l’encre. En plus de pochettes protectrices pour les disques, on retrouve des pochettes intérieures de papier sur lesquelles se retrouvent les photos et paroles des chansons. Seule la pochette de Roots est en papier glacé avec une finition beaucoup plus invitante (voir les deux dernière photos ci-bas).

LES DISQUES

Tels qu’annoncés, chacun des disques se démarque par une couleur différente. Mes photos ne leur rendent pas justice, mais ils sont tous très beaux. Roots en particulier.

QUALITÉ SONORE
Je ne vous cacherai pas que c’est ce qui me tracassait le plus : la qualité sonore de ces fameux albums, tous enregistrés avant le départ de Max Cavalera.

Avant de voir un peu plus en détail ce qu’il en est, sachez que Rhino gagne des points quant aux vinyles qui ne présentent pas (ou très peu) de bruits de fonds,faute d’un pressage de mauvaise qualité. Il arrive malheureusement trop souvent que des pressages récents souffrent de crépitements ou de craquements, car on a utilisé du vinyle recyclé ou trop de saletés ont été incrustées dans le sillon. Il n’est pas rare que les vinyles de couleur souffrent aussi d’un bruit de fond constant, faute du produit utilisé pour la coloration. Bref ici, rien de tout ça. Rien de notable du moins, ce qui est déjà un atout énorme en ce qui me concerne.

J’avais déjà en ma possession la réédition de 2014 par Metal Blade de Schizophrenia (qui ne se vend pas à moins de 50$ CAD neuf et usagé sur discogs), ce qui m’a permis de procéder à un premier test.
Si les guitares offrent une sonorité plus claire sur la version éditée par Metal Blade, le mix d’ensemble n’est pas aussi naturel qu’il devrait l’être. La chose s’observe notamment sur To The Wall où les roulements des toms ressortent bizarrement. Sur la version du coffret qui nous intéresse, ces roulements ressortent nettement mieux. À noter que le vinyle du coffret comprend aussi une piste bonus (Troops of Doom), ce qui n’est pas le cas du côté de chez Metal Blade.

J’ai par la suite comparé l’édition de Chaos A.D. de 2006 (Roadrunner/Cargo) dont la qualité du son m’a toujours laissé perplexe. L’amplitude de l’édition du coffret est plus grande et le rendu d’ensemble de me plait davantage. Le niveau sonore est légèrement plus élevé et la stéréophonie m’apparait mieux définie. Il ne m’en fallait guère plus pour me réjouir, mais j’ai quand même fait quelques autres tests.

Je me suis amusé en sortant mes cassettes de Arise, Beneath The Remains et Morbid Visions pour voir si les mix allaient «clasher» avec les vinyles. Évidemment, le niveau sonore d’une cassette originale est souvent plus élevé qu’un 33 tours, mais autrement, l’égalisation de ces albums, à quelques différences près, semblent relativement similaires. Il est certain que les appareils utilisés peuvent changer la donne, mais j’ai bien pris soin de ne pas déplacer les aigus et les basses de mon amplificateur. Vraiment, je reste surpris par la qualité.

Le seul album dont le son me semble moins percutant est Roots. Son niveau sonore général est plus faible que les autres. J’ignore cependant pourquoi.

EN RÉSUMÉ

Même s’il est franchement difficile, à l’oreille du moins, de savoir si les albums ont été matricés dans les meilleures conditions pour profiter du maximum de dynamiques que peuvent procurer les microsillons (j’en doute), le coffret The Roadrunner Albums: 1985-1996 s’avère un excellent achat rapport qualité/prix. Je veux dire, ces albums accotent ou dépassent la qualité de réimpressions individuelles qui se vendent de deux à trois fois le prix! C’est aussi un excellent moyen d’obtenir tous les albums de la période Max Cavalera, dans un joli boitier contenant quelques grands classiques du thrash metal.

One comment
  1. Victorien

    Enfin un avis concret sur le coffret!
    J’hésitais également à le prendre car j’avais les mêmes appréhensions concernant la qualité sonore.
    Merci pour cet article.

Comments are closed.